La fibre en pays de Fayence : un déploiement contrasté

On ne le dira jamais assez, le déploiement de la fibre et de l’Internet haut débit est une bénédiction. La vie économique, les gains de productivité et le télétravail (dont on entend tant parler) y gagnent grandement, ainsi bien sûr que l’accès aux loisirs et aux contenus multimédia. On peut y voir surtout l’arrivée d’un service public dans notre ruralité qui a plutôt tendance à en être dépeuplée. En cela, pour remettre un peu d’égalité entre les territoires, et lutter contre le sentiment de déclassement qui atteint certains de nos concitoyens, ce déploiement a une importance symbolique considérable. Ce sont les efforts conjoints de la Région (qui pilote le dispositif via le syndicat mixte SUD-THD où je siège), du Département, de l’Etat et des intercommunalités qui ont permis au coût « à la prise » de diminuer au point de permettre un tel déploiement.

Cela étant dit, il faut reconnaître que tout ne se passe pas parfaitement et que l’ensemble a pris du retard. Il y a à cela essentiellement trois facteurs, le premier étant évidemment, comme dans beaucoup de secteurs d’activité, l’épidémie de COVID-19. Mais il y a deux autres facteurs plus inattendus. C’est d’un côté la difficulté qu’il y a à déployer ce réseau, qui est en partie aérien, sur les poteaux Enedis qui étaient censés jouer ce rôle. Or, des difficultés d’ordre à la fois technique et juridique se sont manifestées, ce qui a ralenti certains secteurs du fait de la nécessité d’ériger de nouveaux poteaux. D’où le sentiment que les travaux se déroulent un peu partout à la fois, sentiment que l’on peut avoir en voyant de grandes bobines en attente à l’entrée de certains chemins. Dernier facteur, qui ne contribue pas à clarifier la situation : les défaillances logistiques de certains sous-traitants, dont celui qui officie sur la plupart des secteurs de notre territoire.

Le résultat est que le déploiement en cours, qui va de l’est vers l’ouest pour notre territoire, a pris en gros à ce jour un an de retard. Les communes de Montauroux et Callian, qui devaient être entièrement fibrées à la fin de l’année dernière, ne seront sans doute finalisées qu’à la fin de l’année en cours. Une bascule encourageante malgré tout, puisque la proportion s’est inversée : nous avons à présent davantage de prises livrées (près de 6 800) que de prises en retard (environ 6 200). Il faut voir là un signe encourageant. Pour ce qui est du nouveau calendrier qui doit intégrer les retards dus à la pandémie et planifier la suite de manière plus réaliste que le calendrier contractuel initial, SUD THD nous a indiqué nous devrions le connaître courant avril. A suivre donc.

Powered by Creamania Web