Actualité : Fontsante, une actualité artificielle

En cours d’instruction pour de très longs mois, le dossier Fontsante n’a aucune actualité, sinon celle de l’agenda électoral de ceux qui s’en servent pour exister politiquement, ce qui ne devrait échapper à personne. A cette occasion, un vaste dispositif de propagande, au financement obscur, tente d’envahir les ronds-points, les bas-côtés et les réseaux sociaux, sans trop s’embarrasser d’éléments factuels. Or : 

  • Fontsante, c’est « Callian tout seul » : FAUX

Callian est certes le propriétaire du foncier de l’ancienne mine, situé sur le territoire de Tanneron, commune favorable au projet. Mais le projet dont elle a proposé le principe a vu son lauréat consacré par un jury communautaire. Ce projet est inscrit au SCOT* du pays de Fayence, lui-même approuvé à l’unanimité par la CAVEM*. Il est inscrit au plan régional des déchets. C’est donc tout sauf le projet de Callian tout seul. Et c’est un projet qui n’est plus entre nos mains depuis longtemps : le dossier de demande d’autorisation a été déposé par le pétitionnaire auprès de l’Etat. C’est l’Etat qui décide qu’une ICPE* se fait ou non. C’est auprès de son représentant, lors de l’enquête publique qui sert à ça, qu’il faut s’exprimer. L’élection municipale n’est pas l’enquête publique sur Fontsante. 

  • Le projet va polluer le lac : FAUX

Le postulat d’une interaction entre la mine et le lac est faux. Sinon jamais la mine n’aurait été exploitée pendant presque deux décennies en même temps que le lac servait déjà de réserve d’eau destinée à la potabilisation. Le projet choisi, valorisant des déchets inertes et non dangereux, est le seul qui s’interdit toute activité sur le périmètre de protection des eaux du lac, ce dont la commune des Adrets ferait bien de s’inspirer pour sa déchetterie, et son projet de pôle logistique, qui sont, eux, dans ce périmètre. En dehors de ce périmètre, les eaux de ruissellement sont orientées dans l’autre bassin versant. Les eaux de ruissellement d’une ICPE* aux normes ne sont pas polluées, contrairement à ce qui sort aujourd’hui d’un site pollué à l’arsenic, et dont la dépollution relève de la responsabilité de l’Etat dans le régime minier. Il n’est évidemment pas question que l’Etat accorde un tel projet si le moindre risque pèse sur le Lac de Saint-Cassien. 

  • Ce n’est que pour le 06 : FAUX

Dans le cadre qui régit l’aménagement de notre territoire, le SRADDET*, qui chapeaute les SCOT, Est-Var et Ouest-06 sont dans le même territoire dit « azuréen ». Que nous soyons dans le même bassin de vie, c’est une évidence pour ceux qui vivent en pays de Fayence ou aux Adrets, et qui statistiquement viennent, pour la moitié d’entre eux, des Alpes-Maritimes. A Bagnols, où les déchets ménagers ultimes des Adrets sont enfouis sans que cela émeuve les adréchois, sont en même temps enfouis des déchets de l’est-06 et bientôt de Dracénie. Fontsante et Bagnols sont les deux leviers d’une même logique politique, qui ne peut pas être mauvaise dans le premier cas quand elle est si bonne dans le second. Le 83, comme le 06 produit des déchets du bâtiment et de l’activité économique, trois fois plus en volume que les déchets ménagers. C’est le manque d’exutoire pour ces déchets qui est à l’origine des scandales très réguliers de dépôts sauvages (polluants, eux) et de filières illégales. 

  • A eux les millions : FAUX

Aucune entreprise ne travaille pour ne pas être rentable, comme Veolia qui distribue l’eau des Adrets sans que cela mobilise particulièrement l’opinion locale. Mais il est faux de dire que la commune de Callian se réserve l’intégralité des retombées financières, parce qu’elle n’a cessé de proposer que ces retombées soient partagées, comme c’est légitime, avec les communes de Tanneron et des Adrets afin de compenser les nuisances ponctuelles potentiellement liées au projet, mais à condition au moins d’en discuter au préalable. Est-ce pour ne pas l’entendre, ou pour mieux se poser en victime, que la commune des Adrets pratique la politique de la chaise vide dans les réunions sur le sujet, et ne l’évoque que dans des réunions soigneusement dépourvues de contradicteurs afin de pouvoir répandre confortablement des rumeurs irresponsables ? 

  • Callian vient imposer sa volonté aux Adrets : FAUX

La question se pose à l’échelle des relations entre deux intercommunalités (la CCPF* et la CAVEM), qui collaborent sur bien des sujets. La commune des Adrets trouve en pays de Fayence sa ressource en eau (la Siagnole, et le forage de la Barrière initialement mis en œuvre à son intention) à l’heure où beaucoup d’esprits locaux contestent l’exportation d’eau en dehors du territoire du pays de Fayence. Elle y trouve aussi et surtout l’exutoire de ses déchets ménagers dits ultimes (Bagnols-en-Forêt), dont elle doit apparemment considérer qu’il ne génère aucune nuisance pour les riverains. Il est en tous cas difficile de prétendre honnêtement que la collaboration entre les deux territoires se fait au détriment de la commune des Adrets. 

Loin des postures électoralistes, et des débordements auxquels elles donnent lieu (complotisme, insultes, diffamations en tous genres), il existe un lieu naturel pour aborder ces questions de façon rationnelle, c’est le comité de gouvernance du projet. Il se réunira courant janvier, et j’invite une fois de plus la commune des Adrets à venir y siéger pour faire entendre sa voix et ses raisons. 

Glossaire : 

CCPF : communauté de communes du pays de Fayence

CAVEM : communauté d’agglomération Var Estérel Méditerranée

SCOT : schéma de cohérence territoriale

SRADDET : schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires 

ICPE : installation classée pour la protection de l’environnement 

Powered by Creamania Web